Julien Levesque entre Troll et Popstar (nouvelle star) du web.

Julien Levesque est un artiste qui joue de l’impertinence.

Aux allures d’un troll, il s’introduit de façon irrespectueuse et provocatrice dans les espaces communautaires et dans le web. Des cadavres exquis aux usurpations d’identité, plus proches d’actes de désobéissance formelle, ses interventions artistiques se déploient depuis 2005 dans le réseau et parfois jusqu’à proliférer dans l’espace urbain. Comme Italo Calvino, il joue les identités multiples et détourne les automatismes des pratiques et des outils du quotidien en le transformant en terrain de jeu.

Coquet et provocateur, Julien Levesque est un héritier de l’ironie de Marcel Duchamp, il explore le territoire d’Internet pour le déconstruire en rapsodie, en créant une œuvre faite de réutilisation, de patchworks, de bricolages et à l’allure amateur. Comme à vouloir mettre en œuvre une dynamique du hasard contrôlé prônée par Mallarmé, Julien Levesque réalise Street Views Patchworks et Cityscapes véritables hybridations visuelles entre la poésie furtive d’un Haiku et l’absurde spontanéité générée par le hasard des collages dadaïstes.

Une prédilection naturelle pour les surprises de l’imprévu, comme dans 3D towels ou l’artiste effleure par ellipse les caprices de l’impromptu. Dans Hollyweb, et Rate it! Julien Levesque se fait prophète d’une célébrité éphémère, glorifiée par un gout subtil pour le gossip, la rumeur et la farce, ou ces mythologies contemporaines, ces identités stéréotypées et foisonnées par les médias trouvent leur place. Le «15 minutes of fames» de Warhol est réactualisé dans ses actes de guérilla dans les réseaux sociaux rythmés par un poke et un like it !

Julien Levesque alors “Ne traine pas avec n’importe qui“ et fait du web son espace ludique.

Extravagant et picaresque, Julien Levesque ne cherche pas le regard condescendant du spectateur mais plutôt à le séduire tout en le déstabilisant, en perturbant son regard, en brouillant ses repères.

L’artiste revisite la Culture Jamming au gout du kitch dans Melancholic Paintings, par une esthétique rocambolesque dans Youtube moment,dans une temporalité du flux qui génère la mise en scène du flue dans Face à face, My Monsters, Google road movie.

L’artiste semble mettre en scène une véritable “Comédie des erreurs“, ou le web devient un terrain d’exploration de l’illusion comique, du détournement du média, de la mise en exergue du bug informatique au service d’une esthétique du banal, l’inutile, du geste éphémère.

Avec une allure peu conventionnelle, Julien Levesque nous montre dans Dossier la mise en scène narrative d’une sculpture interactive dans le web, une arabesque de l’hypertexte, qui se déroule avec ironie et jusqu’à l’épuisement du regardeur. Julien Levesque joue de l’ambigüité et de l’ambivalence et crée des caprices dans le réseau animé par la mise en abîme des calembours et des jeux de mots.

Mais si par tout hasard vous le croisez dans vos surfs sur le web ou dans vos promenades dans la rue il aura pour vous peut-être un message d’amour. Laissez-vous alors emporter par le hasard de cette déclaration publique ou contaminer par ce malin virus à la fois inoffensif et bénin.

Comment définir l’art de Julien Levesque … En un mot ? Un ovni : un objet volontairement non identifiable.

Margherita Balzerani, Curateur et critique d’art

Biographie de Julien Levesque

Julien Levesque vit et travaille à Paris. Il explore nos territoires quotidiens du Web 2.0. Les pratiques liées aux blogs, facebook, Youtube,  Myspace et autres réseaux sociaux sont le nouveau paysage d’action de ce « bricoleur du réseau » comme il se décrit lui-même. Venant s’introduire dans ces espaces communautaires, Julien Levesque exploite les outils de notre quotidien comme un immense terrain de jeu. Un jeu parfois absurde et non dénué d’une certaine ironie dans une société en proie à des mutations rapides et à des rituels automatisés.

www.julienlevesque.net